Pages Navigation Menu

Les américains réclament la transparence sur les étiquettes alimentaires

Huit consommateurs sur dix voudraient que la loi entre immédiatement en vigueur

La Food and Drug Administration a récemment édicté de nouvelles normes qui impliquent un changement radical des tableaux nutritionnels pour les produits alimentaires en vente aux États-Unis. Les étiquettes devront comporter : l’indication des calories en très grands caractères sur le devant de l’emballage, le contenu en sucres ajoutés et le pourcentage nutritionnel de l’apport journalier recommandé que représente le produit, l’indication du nombre de portions contenues dans l’emballage et la quantité moyenne par portion, l’indication, en poids et non en pourcentage, des sels minéraux et vitamines et, enfin, chaque mention devra se référer aux valeurs officielles des doses journalières. Afin de permettre à toutes les entreprises, y compris aux plus petites, de s’adapter à ces changements, la FDA a proposé une période d’adaptation de 18 à 24 mois, repoussant donc l’obligation, du point de vue législatif, au premier janvier 2020.

Mais un sondage de Thomson Reuters – rapporté en Italie par Il fatto alimentare – indique que les citoyens américains ne sont pas disposés à attendre aussi longtemps. Parmi les 3000 personnes interrogées pour cette enquête, 84 % souhaiteraient que le gouvernement rende immédiatement les nouvelles indications obligatoires sur les étiquettes. En effet, 60 % se déclarent très curieux de connaitre l’effet d’un aliment donné sur leur poids et voudraient connaitre l’apport en sucres, sel, lipides, notamment pour se conformer aux prescriptions de leur médecin. Une donnée non négligeable, étant donnée la présence préoccupante d’obèses aux États-Unis.

Enfin, bien que 13 % seulement déclarent lire attentivement l’étiquette alimentaire, le geste de la FDA serait interprété comme un « asservissement aux grands lobbies alimentaires aux dépens de la santé ».