Pages Navigation Menu

Envol des exportations de vin italien à l’étranger

vino-packaging-pe-labellers

L’Italie continue à confirmer son statut de patrie du bon vin. Avec une production de plus de 48 millions d’hectolitres (données officielles de la Commission européenne), les vendanges 2015 ont permis à notre pays de dépasser nettement certains de ses rivaux historiques tels que la France et l’Espagne et de renforcer son rôle de leader dans l’un des rares secteurs économiques offrant encore prometteurs.

« Nous sommes proche du seuil des 5,5 milliards de valeur des exportations vinicoles – a déclaré le président de l’Union Italienne des Vins Domenico Zonin, en commentant les récentes données Istat pour les 7 premiers mois de 2015 – les statistiques ont également mis en évidence une baisse globale des volumes de -3,1 %qui fait toutefois écho à une croissance de 5 % pour les AOP. Ces données devraient nous inviter à une réflexion plus large sur les stratégies de production, fortes d’une récolte pour le moins excellente. »

Un véritable boom des exportations vinicoles, dont les protagonistes sont les produits qui connaissent un succès historique affirmé à l’étranger, comme les vins rouges toscans (+25,8 % d’exportations), où des nouveaux acteurs intéressants comme le prosecco, dont les ventes se sont véritablement envolées, notamment au Royaume Uni, où les 55 millions de bouteilles vendues ont conduit à une augmentation de +60% par rapport à 2013.

L’affirmation du vin italien est également relayée par la croissance des données provenant d’autres marchés stratégiques tels que les États Unis, le Japon et la Chine, pays où la simple mention « Made in Italy » sur l’étiquette d’un produit est depuis toujours synonyme de qualité : « La bonne rémunération de nos vins à l’export, notamment dans le segment AOP et IGP – commente le président de l’ISMEA (Institut de services pour le marché agricole alimentaire), Ezio Castiglione – confirme une stratégie de production du « Système Pays » désormais orientée stablement vers la territorialité, et donc sur des produits à forte valeur ajoutée ».