Pages Navigation Menu

L’habit ne fait pas le moine, mais l’étiquette fait le vin

La perception de la qualité d’un vin passe aussi par le marketing

Une étiquette réussie peut influencer le goût et le plaisir des consommateurs. Une nouvelle recherche, publiée dans le magazine Stile.it, souligne en effet l’importance énorme des descriptions qui figurent sur les bouteilles de vin : elles agissent carrément comme un placebo, et convainquent l’acquéreur que le goût va refléter ce qui est mentionné sur l’étiquette. Des adjectifs tels que « frais, fruité » ou « souple, structuré, avec des senteurs de vanille et de cacao » trompent les dégustateurs, et vont jusqu’à influencer leur jugement. Plus les descriptions sont précises et élaborées (allant jusqu’à comprendre des informations sur la cave, le producteur et la philosophie d’entreprise), plus le vin sera perçu comme étant un vin de haute qualité.

Cela a été prouvé en soumettant 3 vins blancs très populaires (un riesling, un chardonnay et un sauvignon blanc) à 126 consommateurs, et en leur demandant de les juger. La semaine suivante, les mêmes personnes, sans le savoir, ont été invitées à déguster les mêmes vins, auxquels des descriptions avaient été ajoutées. Il est apparu que les jugements ont différé, et les produits présentant une explication plus détaillée et plus complète ont été perçus comme meilleurs.

« Le vin – a commenté l’auteur de cette étude, Monsieur Sue Bastian, à Mailonline – va au-delà des attributs sensoriels, tels que les arômes et les saveurs. Une bouteille de vin raconte aussi l’histoire des personnes qui participent à sa production et déterminent sa qualité ». D’autres facteurs qui influencent les choix des consommateurs, outre le prix et la marque, qui restent des facteurs essentiels, sont le style et le design de l’étiquette, qui doit, de par son aspect esthétique, faire parler le produit.