Pages Navigation Menu

Système « feu rouge » pour les étiquettes alimentaires

L’Italie dit non au système simpliste qui pénaliserait ses excellences

Vert veut dire OK, rouge équivaut à STOP. Un véritable « système feu rouge » est appliqué aux étiquettes alimentaires en Grande Bretagne et en France, et pourrait bientôt, poussé par les multinationales, devenir un standard européen. Les aliments sont classés selon un score exprimé en lettres et associé à une couleur qui va du vert foncé au rouge intense. Les protéines et les fibres sont classées parmi les composantes « bonnes » , alors que les « mauvaises » valeurs nutritionnelles comptent dans leurs rangs les calories, les graisses, les sucres simples et le sel.  Cependant, ce type d’étiquetage qui, d’un côté, faciliterait la tâche aux consommateurs confus par les mentions longues et complexes, pourrait d’un autre côté les induire à simplifier et, par conséquent, à faire de mauvais choix. À titre d’exemple, un litre de lait en Angleterre porte une vignette rouge à cause de la présence de graisses animales, alors que le soda avec édulcorant porte une vignette verte pour son contenu calorique réduit. Aux yeux des consommateurs, le soda apparaît donc comme un aliment meilleur et plus sain que le lait.

Une autre preuve éclatante: l’huile d’olive extra-vierge. La distinction entre graisses saturées, nuisibles à la santé, et graisses monoinsaturées et polysaturées, qui sont par contre bénéfiques, ne s’applique en effet pas. L’« or vert » serait donc pénalisé par le système des vignettes à cause de son pourcentage de graisses monoinsaturées s’élevant à 75%.

C’est pour cela que l’Association Italienne des Ambassadeurs du Goût, CHIC, Euro-Toques Italia, la Fédération Italienne des Cuisiniers (FIC), les Jeunes Restaurateurs Italiens (JRE) et l’association Le Soste ont décidé de soutenir l’action du Ministre des Politiques Agricoles, Alimentaires et Forestières Maurizio Martina, qui a manifesté une contrariété marquée envers ce système.

Ce classement, intuitif mais simpliste, pourrait pénaliser sérieusement les excellences alimentaires italiennes en faveur de produits à teneur réduite en sucres et graisses, bien que moins bons pour la santé.