Pages Navigation Menu

Union européenne : augmentation de l’échange avec le Brésil

brasil-ue-import-export-pe-labellersL’échange de biens et de services européens au Brésil au cours des années 2011-2012 a enregistré des résultats positifs.

Au cours des neuf premiers mois de l’année 2012, une inversion de tendance s’est enregistrée par rapport aux années précédentes, avec une augmentation des exportations européennes d’environ 3,7 milliards d’euros, tandis que les importations ont subi une baisse équivalente à 1,4 milliards d’euros pendant la même période. Le déficit européen qui s’élevait à 3,7 milliards d’euros au cours des neuf premiers mois de l’année 2011 a augmenté ainsi d’1 milliard d’euros dans la même période de l’année dernière, avec le Brésil à la huitième position parmi les partenaires commerciaux de l’UE.

Parmi les 27 membres de l’UE, l’Allemagne a représenté le plus gros exportateur de biens au Brésil, suivie par la France, l’Italie, le Royaume-Uni et la Hollande. Du côté des importations, la Hollande est le partenaire européen le plus important, suivie par l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne et le Royaume-Uni. Au cours des neuf premiers mois de l’année 2012, plus de 85 % des exportations européennes au Brésil a été représenté par des biens manufacturés. Du côté des importations, les matières premières s’élèvent à un peu plus d’un tiers du total, tandis que la nourriture et les boissons ont représenté une fraction proche de 30 %.

Les importations d’étiqueteuses industrielles au contraire sont bien placées. P.E. LATINA, filière brésilienne du groupe P.E. LABELLERS, consolide sa présence nationale : la vente des étiqueteuses italiennes sur le territoire brésilien a doublé en 2012 par rapport à 2011, avec une augmentation importante des installations dans le secteur Food (40 %) : ce sont toutes des étiqueteuses pour des vitesses de production moyennes et élevées.